[Critique] – « Le Talent de mes amis » ou comment rire de nos échecs.

le-talent-de-mes-amis

Alex et Jeff sont inséparables depuis le lycée. Travaillant dans la même corporation, leurs vies vont êtres remises en question lorsque Thibault, ancien ami d’Alex et animateur de séminaires sur la confiance en soi, va s’introduire dans leur quotidien.

Vous les connaissez sous les traits de Catherine et Lilliane au Petit Journal, le duo Alex Lutz et Bruno Sanches est à nouveau réuni, sur grand écran cette fois-ci, dans la première réalisation d’Alex Lutz, intitulée Le Talent de mes amis, une comédie amère sur nos rêves perdues.

Amère, puisque ce qui marque dans l’écriture du film, c’est sa façon brutal de changer le ton. Le film s’ouvre sur une présentation des trois personnages principaux ainsi que de leur environnement professionnel et familial, raillant avec créativité le monde de la corporation, mais au fur-et-à mesure que le film avance, les masques commencent à tomber et la comédie s’efface de plus en plus pour laisser place à un drame teinté de légers traits d’humour. Le culte du malaise, expression rendue populaire grâce à la série The Office, est constant durant tout le film et nous rions jaune, voire pas du tout, aux malheurs des personnages. Ces ruptures constants de tons sont d’autant plus justifiés par le propos du film rappelant, par exemple, cette merveille du cinéma indépendant qu’est Little Miss Sunshine. (ou cette formidable chanson de « Garfunkel and Oates » que je vous invite à écouter ici).

Cependant, l’humour est toujours présent dans le film puisque le talent créatif et artistique d’Alex Lutz, ainsi que le dynamisme des différents acteurs (Bruno Sanchez, Tom Dingler, Anne Marivin et Audrey Lamy), permettent de prendre de la légèreté face à ce que le film raconte.

Bien que l’on puisse regretter l’aspect bordélique du film et un propos n’osant pas aller jusqu’au bout de son idée, Le Talent de mes amis est une comédie française déconcertante mais rafraîchissante et créative, apportant la joie de vivre sa vie. Pour un premier film, Alex Lutz réussi ses premiers pas dans la réalisation.

Victor Van De Kadsye

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s