[Critique] – Le retour en force des studios Pixar avec « Vice-Versa »

inside-out-teaser-trailer

« Ne jamais baisser les bras ! », cette philosophie pouvant être dite par le personnage de Joie dans  » Vice-Versa » a été visiblement adopté par les studios d’animation Pixar. Après une traversée du désert ayant eu lieu pendant cinq années consécutives, avec les succès mitigés de Cars 2Rebelle, et Monstres Academy, le célèbre studio d’animation revient avec une véritable merveille répondant au nom de Vice-Versa.

Au Quartier Cérébral, le centre de contrôle situé dans la tête de la jeune Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur se charge de la sécurité, Colère s’assure que la justice règne, et Dégoût empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs…

On retrouve, dans le nouveau long-métrage de Pete Doctor, tout ce qui fait la grandeur du studio : Un attachement sans faille aux personnages, un humour faisant mouche et un ascenseur émotionnel saisissant. Le film nous plonge, dans une fluidité narrative impressionnante, dans la tête de Riley, menée par ses émotions : Joie, Tristesse, Dégoût, Colère et Peur. Comme l’héroïne du film, le spectateur passe de la joie à la colère en passant par la peur grâce à un subtil mélange de passages comiques et d’autres plus émouvants.

En plus de nous bouleverser au plus haut point, le film nous éblouit par la beauté de ses dessins ainsi que son originalité continue. « Vice-Versa » accumule les idées de génies pour nous plonger de manière habile et efficace dans la tête d’une personne. Comment sont crées les rêves ? D’où viennent les pensées ? Comment notre mémoire procède avec nos souvenirs ? Le film répond à toutes ces questions avec brio et amusement.

On s’attache immédiatement aux cinq émotions présents dans le film, tous ayant une contribution importante dans l’histoire et l’humour du film, servis par une équipe de doubleurs réussie : Charlotte Le Bon (ainsi qu’Amy Poehler dans la version originale, où l’on ressent que le personnage a été créé pour elle), Gilles Lellouche, Pierre Niney, Marilou Berry et Mélanie Laurent incarnent à coeur-joie ces émotions.

Pour son originalité et sa force émotionnelle, Vice-Versa marque le grand retour de Pixar pour le bonheur des petits et des grands.

Victor Van De Kadsye

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s