[Critique] – « Dheepan », un film inclassable en pleine actualité.

dheepan

Un film de Jacques Audiard est toujours un événement au sein du paysage cinématographique français. Encore plus lorsque le dit-film remporte une Palme d’Or au Festival de Cannes et touche l’actualité en plein coeur. Si le choix de la Palme d’Or est plus que discutable, « Dheepan » est une véritable décharge dans le cinéma français actuel.

Fuyant la guerre civile au Sri Lanka, un ancien soldat, une jeune femme et une petite fille se font passer pour une famille. Réfugiés en France dans une cité sensible, se connaissant à peine, ils tentent de se construire un foyer.

Avec « Dheepan », le réalisateur de « De Rouilles et d’Os » signe un long-métrage inclassable, avec un scénario alternant les genres, qui commence par le drame social pour évoluer lentement vers le vigilante-movie, à mesure que son personnage éponyme évolue. Tout semble cohérent, les personnages baignant dans un environnement nouveau mais anxiogène, proche de la réalité mais dépeint de manière purement fictif afin de livrer un pur objet de cinéma.

Ce qui, cependant, dessert en partie le film. Si le but était de créer un environnement hors-du-commun en exagérant les traits de la réalité, il est réussi puisqu’on a l’impression, d’être ailleurs. Mais il est tout de même dommage d’y voir une vision réductrice de la banlieue, proche de nombreux clichés que beaucoup de personnes y trouvent, où fusillades, misogynies et deals sont monnaies-courantes.

Le choix de la Palme d’Or est d’ailleurs discutable, puisque si le film se révèle être très efficace, il a été déjà vu en partie au cinéma. Le film manque, d’ailleurs, d’une certaine étincelle pour faire vivre son film, malgré son impressionnante montée en violence dans sa dernière partie.

Si le traitement de la banlieue est irritant, elle ne représente cependant qu’une légère part du film. S’intéressant à la condition de vie de migrants vivant en France pour fuir la guerre, on ne peut être que passionnée par la volonté d’intégration du trio, que ce soit par celle de Dheepan, fuyant les traumatismes de la guerre, ou bien celle de Illayaal, voulant s’instruire pour réussir. Ambigües mais attachants, chacun des personnages ne nous laissent pas indemnes.

Porté par des acteurs exceptionnels et une mise-en-scène viscérale, « Dheepan » est un film haletant et tombant pile quand il faut vu les récentes actualités. Si l’attribution de la Palme d’Or est, à mon sens, démérité, le dernier film de Jacques Audiard est une oeuvre marquante dans le cinéma populaire français.

Victor Van De Kadsye

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s