« A Perfect Day » : L’humanité dans ses meilleurs jours.

468109.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Une organisation non gouvernementale débarque aux Balkans pour aider leur prochain tout en tentant de résoudre leurs conflits intérieurs, voici l’idée de départ du nouveau film de Fernando Leon de Aranoa, un road-movie surprenant mais offrant un moment agréable.

Un groupe d’humanitaires est en mission dans une zone en guerre : Sophie, nouvelle recrue, veut absolument aider ; Mambru, désabusé, veut juste rentrer chez lui ; Katya, voulait Mambru ; Damir veut que le conflit se termine ; et B ne sait pas ce qu’il veut.

Un road-movie surprenant car le film virevolte entre les tons et les genres pour donner une vivacité importante à son histoire. En suivant ce groupe d’humanitaires, une palette d’émotions s’offre à nous pour colorer cette fresque étendue en une journée. On est à la fois spectateurs en même temps que les protagonistes des conséquences de la tragédie mais aussi spectateurs des mésaventures de nos héros bras cassés, entre maux d’amour et volonté d’être prise au sérieux.

Ce tout donnant donc une dimension très humaine au film nous plongeant immédiatement dans l’histoire. Aidés par les performances de Benicio Del Toro, Mélanie Thierry (vue récemment dans le dérangeant «Je ne suis pas un salaud ») ou Tim Robbins, les personnages sont le cœur même du long-métrage et l’impression de voyager auprès d’eux se fait fortement ressentir. Suivre ces personnages lutter corps et âmes pour aider les populations civiles nous fait du bien plus qu’autre chose, surtout dans ces temps actuels.

Le film nous emporte donc dans son scénario, sorte de chronique de vie teintée de suspens en raison de son MacGuffin, la recherche espérée d’une corde afin de sortir un cadavre d’un puits, qui nous halète tout le long du film et parvient à faire pardonner son sentimentalisme parvenu vainement et ralentissant le rythme du long-métrage.

Cette chronique rythmée sous les airs des Velvet Underground ou de Marilyn Manson est  donc un voyage agréable aux Balkans chamboulant sans cesse les émotions des spectateurs pour offrir un film d’auteur divertissant n’oubliant pas d’éveiller les consciences.

Victor Van De Kadsye

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s