« Ma Vie de Courgette » : De la stop-motion dont a pas envie que ça s’arrête.

ma-vie-de-courgette.jpg

Les films d’animations en stop-motion ont décidément le vent en poupe chez les petits et grands spectateurs. Après les triomphes de « Fantastic Mr Fox » et « Anomalisa« , c’est au tour de « Ma vie de Courgette » de nous toucher en plein coeur. Cette histoire d’enfants abandonnés par les sinistres aléas de la vie adulte aura touché Cannes et Annecy et s’apprête à faire de même avec un public plus large.

Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux

Prévoyez immédiatement plusieurs paquets de Kleenex si vous comptez voir le film de Claude Barras et Céline Sciamma (s’occupant ici du scénario), assister à une projection de ce bijou d’animation ne sera pas de tout repos. Adapté de l’autobiographie de Gilles Paris, « Autobiographie d’une courgette« , le film nous plonge dans le quotidien d’enfants laissés pour compte, blessés de toute sortes aux airs d’enfants dessinés par Tim Burton (« La Triste Fin du petit enfant huître« ) et continuant de vivre malgré les séquelles parentales.

Dans une courte durée d’1h10, on se retrouve dans un véritable montagne russe émotionnel où les larmes ont à peine le temps de couler que les éclats de rires apparaissent déjà. Le scénario de Sciamma brille dans sa réussite à suggérer les pires horreurs possibles pour mieux laisser place à des moments euphorisants. La bienveillance des adultes protecteurs et des enfants conservant leurs innocences malgré les blessures à travers l’amour, les farces et de musique 80’s, réchauffent le coeur.

« Ma Vie de Courgette » est une oeuvre remarquablement intelligente qui n’oublie pas de prendre en compte toute sorte de public. Traitant de sujets sensibles avec pudeur et délicatesse et s’amusant à glisser quelques références/hommages cinématographiques bienvenues (dont un comptant beaucoup pour moi, « Eternal Sunshine of the Spotless Mind« ), on ressort bouleversé de ce petit film au très grand coeur.

Victor Van De Kadsye

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s