[Critique] – « Split » – M.Night Shyamalan

montage_split.jpg

M.Night Shyamalan revient avec sa volonté de nous épater une fois de plus avec un thriller à rebondissements. Après un retour triomphal dans « The Visit« , dommage de voir ses ailes brûler une fois encore avec « Split » grotesque histoire à tendance problématique.

D’emblée, le film pose ses bases de genres : La première minute isole son héroïne, sublime Ana-Taylor Joy, face au monde qui l’entoure. Un isolement que l’on comprendra grâce à de flash-backs sur son passé de jeunesse. S’en suit alors le kidnapping de cette héroïne et ses deux compagnons, avec un générique inquiétant et démultiplié comme un hommage moderne au « Psychose » d’Hitchcock et au travail de Saul Bass. « Split » se présente alors comme un film inquiétant sur la schizophrénie. Et c’est là que le film pose problème…

Non loin de là l’envie de juger concrètement l’objet filmique, Shyamalan faisant un bon travail dans l’art de mettre-en-scène son thriller, il est assez frustrant de voir cette histoire prendre un virage fantastique invraisemblable renforçant les clichés hollywoodiens sur les maladies mentales. Impossible encore une fois de ne pas repenser au « Psychose » de Hitchcock, l’un des premiers grands films traitant de tels troubles avec malveillance. Si James McAvoy livre une performance saisissante, arrivant quand même à nous mettre dans une position extrêmement inconfortable (Mention spécial à Hedwige, gosse trouillard dansant prodigieusement sur du Kanye West), quel dommage de voir un tel personnage atteint de trouble réduit à un état de bestialité, pouvant ainsi donner un effet de stigmatisation envers des personnes atteints de ce genre de troubles.

Un film pouvant être facilement vu comme stigmatisant donc et qui se plante dans son propos sur les traumatismes abusifs et la manière de les surmonter. Shyamalan enfonce des portes ouvertes pour au final n’aboutir à rien si ce n’est la façon dont il créé juste un univers cinématographique sans en dire trop.

« Split » est une immense déception. Shyamalan s’essouffle dans les codes du thriller classique pour plaire à son producteur, Jason Blumhouse, celui-ci connu pour ses productions horrifiques à petit budgets. Difficile d’être conquis devant tant de facilités et de clichés sur un tel sujet…

Victor Van De Kadsye

Publicités

3 réflexions sur “[Critique] – « Split » – M.Night Shyamalan

  1. Le film ne traite pas la schizophrénie mais plutôt un trouble de la personnalité multiple. La différence est que la personne qui en souffre le sait.
    Et sinon perso je trouve que le personnage n’est qu’un cas précis et pas une généralité car il évolue dans un environnement particulier qui mène logiquement vers la bestialité. Il n’est pas réduit ni stigmatisé. Après le zoo est peut-être la métaphore de notre société et que c’est la loi du plus fort et que la transformation est une méthode de survie (non je vais trop loin aha)

    Aimé par 1 personne

  2. La différence est que la schizophrénie n’est pas le trouble de l’identité multiple, dans le sens ou une personne atteinte de schizophrénie n’a pas d’identités multiples. Il est tout à fait possible qu’une personne atteinte de schizophrénie ait conscience de ses troubles.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s