[Cannes 2017] – Jour 3 : Le cinéma social fait son arrivée.

120 battements par minute : Photo Nahuel Perez Biscayart

Après la polémique Netflix qui a poursuivie la projection d’Okja hier matin, le Festival se poursuit avec l’arrivée à la Croisette d’un cinéma purement social : Une satire féroce sur le monde de l’art et l’avènement de l’association Act-Up dans les années 90.

The Square : Photo Dominic West

The Square de Ruben Ostlund

  • De quoi ça parle ?

Une exposition d’art contemporain met à mal ses visiteurs, essentiellement bourgeois et imbus d’eux-mêmes.

  • Pourquoi pourrait-il remporter la Palme d’Or ?

Cannes adore lorsqu’un film critique la culture et ses spectateurs, surtout dans une durée excessive (2h22). Le ton mordant d’Ostlund, qui s’était déjà fait remarqué dans « Snow Therapy » en 2015, pourrait plaire aux membres du Jury, notamment à la réalisatrice Maren Ade, celle qui nous avait offert le réjouissant Toni Erdmann l’an dernier.


 

120 battements par minute : Photo Adèle Haenel

120 Battements par Minutes de Robin Campillo

  • De quoi ça parle ?

La naissance de l’association « Act-Up » dans les années 90, entre lutte contre le SIDA et nouvelles rencontres.

  • Pourquoi pourrait-il remporter la Palme d’Or ?

Le Jury risque de ne pas être insensible face à cette chronique de deux heures et vingt minutes sur un sujet grave et marquant d’une certaine période.

Victor Van De Kadsye

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s