Le Marre-Athon des Brouillons et Good Taste Police : Summer edition.

Marreathon.png

Ce 21 Juin 2017, le blog Good Taste Police et les Brouillons du Cinéma ont attachés leurs ceintures pour foncer vers l’autoroute du rire et de la gêne en signant un nouveau marathon. Après des zombies, un beau-père et Vin Diesel (voir le récapitulatif de la précédente journée sur Good Taste Police : https://www.goodtastepolice.fr/cinema/gtp-x-brouillons-immersion-entre-zombies-baboulinet-heisenberg ), place à une alerte à Malibu, des chroniqueurs télés ridicules et la tentative désespérée des Youtubeurs à s’implanter au cinéma. C’est parti pour débriefer cette journée qui avance graduellement vers la misère…

Résultat de recherche d'images pour "baywatch alerte à malibu"

Baywatch – Alerte à Malibu  – Seth Gordon

Le légendaire sauveteur Mitch Buchannon  est contraint de s’associer à une nouvelle recrue, Matt Brody, aussi ambitieux que tête brûlée ! Ensemble, ils vont tenter de déjouer un complot criminel qui menace l’avenir de la Baie…

Les lumières s’éteignent : Major Laser retentit en même temps que des plans d’une plage ensoleillée. Hors-champ, Dwayne Johnson guette le moindre danger en mer pour ensuite prouver sa bravoure en sauvant un baigneur. Une chose toute bête mais montée avec une telle démesure résumant parfaitement ce plaisir qu’a été la séance de Baywatch.

Cette transposition potache au cinéma de la mythique série rappelle évidemment le succès des films 21 Jump Street. Si ce nouveau projet de Seth Gordon n’atteint pas la virtuosité de ceux de Phil Lord et Chris Miller (qu’on soutient au passage après leur éviction chez Disney…), il en reste pas moins un pur plaisir coupable propice à la chaleur estivale. Dwayne Johnson s’empare à merveille du genre de la comédie en empilant punchline sur punchline et une bad-assitude extrême (Mention spécial à la tirade finale forte en métaphore animalière) tandis que Zac Efron prend toujours un pied absolu à jouer les idiots attachants pour le spectateur avide de plaisir coupable. Baywatch remplit la carte du pur film de vacances où l’on y va avec les copains avec un soda bien frais.

Après une mise-en-bouche agréable en guise de présentation, la journée s’avérera beaucoup plus sombre avec les visions suivantes des fléaux de la Comédie Française : L’humour issu de la télévision française, suivi de son déclinement Youtube.


Résultat de recherche d'images pour "bad buzz film"

Bad Buzz – Stéphane Kazandijan

Au sommet de leur carrière, Eric & Quentin font un terrible bad buzz qui menace d’anéantir leur réputation.Pour sauver leur peau, ils n’ont plus qu’une solution : réaliser un bon buzz en moins de 48 heures !

Eric et Quentin, le duo humoristique de l’émission Quotidiensouffre de l’éternel problème de la comédie française télévisuelle vendue au cinéma : Ce n’est jamais drôle au-delà de deux minutes de sketch. Et avec un projet aussi indécent comme Bad Buzz, on cesse de sourire dès lors que le logo Europacorp disparaît de l’écran. En compilant des scènes plus apte à proposer un malaise qu’un rire (scènes à base de touché rectal non-consenti, de migrants dépeints comme des arnaqueurs et j’en passe…), le duo semble avoir signé un long-métrage au concept métaphysique puisqu’en enchaînant ces scènes indigentes, le film semble bien parti pour créer son propre Bad BuzzUn projet à jeter dans les oubliettes de la comédie française…

On peut encore pardonner à Eric & Quentin de faire partie d’un système de production existant depuis longtemps et qu’on tente avec désespoir de tuer. Mais là où de nouvelles grandes valeurs de la comédie française tentent de sauver ce genre (Antonin PeretjaktoEric Judor ou Justine Triet), une autre nouvelle génération encore plus détestable que celle implanté par la télévision : La génération Youtube.


Résultat de recherche d'images pour "le manoir tony datis"

Le Manoir – Tony Datis

Une bande d’étudiants vient fêter la nouvelle année dans un vieux manoir isolé de tout. Mais peu après leur arrivée, des événements étranges perturbent l’ambiance, avant que la fête ne tourne carrément au cauchemar…

La dernière séance de ce marathon infernale et étouffante par sa chaleur fût l’une des plus épouvantables vécues cette années. L’une des plus tristes aussi, en raison de constater une telle vacuité dans une génération de wanna-be humoristes n’ayant comme seul talent de combler ce vide par des vannes faites et refaites sur le fait d’être vierge à un certain âge ou bien d’aduler des rappeurs has-beens des années 2000. A ce niveau, Le Manoir est une représentation juste et triste de la génération Youtube.

Il aurait été intéressant de voir ce film retourner la veste de l’auteur de cet article méprisant cette plateforme idolâtrée par les ados. Après tout, peut-être que se cache en Mister V le talent d’un Robert De Niro, que Natoo et Kémar en tueurs semblent aussi crédibles que Woody Harrelson et Juliette Lewis dans Tueurs-Nés et que se cache en ce réalisateur au nom aussi énigmatique qu’évocateur du mot « technicien » de Tony Datis, un véritable virtuose de la caméra au même titre qu’Alfonso Cuaron ou Robert Eggers. Bien évidemment, ces attentes exagérées avec mauvaise foi ne sont évidemment pas récompensées et on assiste avec consternation avec une seule idée présente dans le film : Le rien.

Rien est ce qui vient remplir l’inspiration créative de cette nouvelle génération. Une génération qui va tranquillement plagier des classiques comme Evil Dead, The Witch, Magic Magic ou The Thing en les mixant avec un humour tournant à vide, fade et épuisé depuis de nombreuses années. Sur Youtube est apparu des vidéos de gens voulant faire comme les stars de ce réseau, transformant cette nouvelle institution en école du plagiat absolue, et apparaîtront dorénavant la paresse cinématographique et humoristique issue de cette génération 2.0. Inutile de s’attarder plus sur Le Manoir puisqu’il ne propose absolument rien.

Et c’est ainsi que s’est achevé le Marre-athon Eté 2017 de Good Taste Police et Les Brouillons du Cinéma, courant entre l’UGC Ciné Cité de Lille et le Duplexe de Roubaix pour subir une descente aux enfers de la comédie.

On se retrouve bientôt pour un nouveau cross-over d’anthologie !

Victor Van De Kadsye

Publicités

2 réflexions sur “Le Marre-Athon des Brouillons et Good Taste Police : Summer edition.

  1. Faut relire ses articles avant de les publier….. Impossible que je relaie ca vu le nombre de fautes, de typos et de maladresse d’écriture. Alors que pourtant on sent que c’est pas mal écrit dans l’intention.

    Un peu d’effort. Quitte a faire ca autant le faire bien.

    Cheers

    J'aime

  2. Pingback: GTP x Les Brouillons #2 : Des cons et des culs | Good Taste Police

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s