Sword Art Online : Ordinal Scale : Vivre ou ne pas vivre .

Résultat de recherche d'images pour "sword art online ordinal scale film"

Elle est loin l’époque où des machines à tentacules ou un Maître Contrôle Principal nous enfermaient dans son système pour nous exploiter. Désormais, nous nous enfermons nous-mêmes dans une réalité virtuelle avec pour seul but que le plaisir d’être quelqu’un d’autre. À la base un light novel écrit par Reki Kawahara , Sword Art Online raconté l’histoire d’un jeune et talentueux joueur de MMORPG en réalité virtuelle, enfermé comme les autres dans le jeu « Sword Art Online ». Il ne doit pas mourir car sa mort virtuelle signifierait également sa mort dans la vraie vie. Véritable effet de mode au Japon, le light-novel fut décliné en anime puis en manga, et enfin en film. Lire la suite

Lego Batman Le Film : Marre des briques jaunes et du Chevalier Noir.

lego-batman-le-film-photo-968731.jpg

Vous avez aimé La Grande Aventure Lego ? Vous voulez encore plus de film avec des briques jaunes ? Mais que pouvons-nous faire maintenant ? La licence Batman bien évidemment ! Sérieux, à quand un film Playmobil Batman ? Après la multitude de Direct-to-DVD sur le chevalier noir, voilà qu’il débarque au cinéma avec un film clairement mauvais.

Lire la suite

« Sausage Party » : Un incroyable délire qui ne nous laisse pas sur notre faim.

sausagepartyfeat_b2yf.jpg

L’un des projets les plus fous de cette année. Seth Rogen et Megan Elison (fondatrice d’Annapurna) se lancent dans l’animation pour adultes. Un pari risqué, hautement même, étant donné les oeuvres illustrant l’esprit déglingué de Rogen et de son comparse Evan Goldberg. Le résultat ? Un énorme succès aux Etats-Unis pour un film d’animation R-Rated (interdit aux moins de 17 ans non-accompagnés) avec des aliments qui parlent. Derrière ce succès public, que vaut réellement cette production mêlant la créativité de « Toy Story » et la subversion de « Fritz le chat » ?

Lire la suite

« Cigognes et compagnies » : Un mythe enfantin vu par Nicholas Stoller.

500364.jpg

2002 : La collaboration Disney/Pixar conquis le public avec une oeuvre inégalable jouant avec malice sur un fait inévitable de l’enfance : La peur des monstres et autre croques-mitaines. Sur fond de légère satire social truffé de références au cinéma de genre, « Monstres et compagnies » marquait un grand coup dans l’animation. Quatorze années passèrent et c’est au tour de Warner Bros Animation de parler avec originalité et malice d’une légende enfantine : La naissance de bébés. Cela a donné « Cigognes et compagnies« , une réussite qui parle, je vous le donne en mille, de bébés et de cigognes.

Lire la suite

« Kubo et l’armure magique » : Les studios Laïka ont encore frappés.

kubo_epee_lune.jpg

Tout d’abord, comment ne pas être intéressé par un film où Furiosa devient un singe combattant deux Thérèse Belivet démoniaques ? Cette idée suffit à elle-seule de payer votre ticket afin de découvrir l’histoire de Kubo. Mais ce dernier projet des studios Laïka, à qui nous devons les merveilleux « Coraline » et « ParaNorman« , mérite le déplacement aussi pour son habilité à nous surprendre constamment et à nous en mettre plein les yeux.

Lire la suite

Anomalisa : Charlie Kaufman, master of puppets

1401x788-079-ANOMALISA-011R

En voyage le temps d’un devoir professionnel, une célébrité tente de combattre sa solitude en rencontrant une jeune fille à la fois timide et rayonnante. Ceci n’est pas le scénario de Lost In Translation mais celui de son pendant animé, Anomalisa, un film déconcertant sur toutes ces formes mais qui est un véritable coup de coeur signé Charlie Kaufman.

Lire la suite

[Critique] – « Le Garçon et la Bête » : Une ode animée à l’éducation signée Hosoda

le-garcon-et-la-bete-de-mamuro-hosoda_5496390

Le cinéma d’animation japonais a toujours été porté par de fervents représentants du genre. De la poésie de Miyazaki en passant aux folies psychanalytiques de Satoshi Kon, cet univers n’aura de cesse à nous surprendre et l’arrivée de Mamoru Hosoda ne déroge pas à la règle. Après ses réussis « Summer Wars« , réflexion ludique sur nos rapports avec le virtuel, et le touchant « Ame & Yuki, les enfants loups« , le réalisateur signe une oeuvre à nouvelle fois bouleversante avec « Le Garçon & La bête », une fable dynamique et touchante sur le pouvoir de l’éducation.

Lire la suite

[Critique] Un séjour paresseux à « Hôtel Transylvanie 2 »

hotel-transylvania2

Gendy Tartakovsky fait parti de ces personnes qui ont bercés notre enfance. « Samouraï Jack » , »Les Super Nanas » ou « Le Laboratoire de Dexter« , on doit chacun de ces dessins animés cultes grâce à lui. Il est cependant dommage de voir sa carrière se résumer à « Hôtel Transylvanie » et plus précisément à ce second volet paresseux.

Lire la suite