« Les Proies » : Lost in Secession.

the-beguiled-movie-image-sofia-coppola-7.png

On l’avait quitté quatre ans après les cambriolages nocturnes d’adolescents en quête de célébrité, Sofia Coppola revient plus féroce que jamais en sortant de sa zone de confort : Ici, elle s’attaque à un remake d’un film de Don Siegel en y apportant la personnalité si douce-amère de son cinéma et un conflit des genres aussi savoureux qu’une part de tarte aux pommes. Comme un mélange entre la reconstitution historique de Marie-Antoinette et les désirs de Virgin Suicides. Lire la suite

« 120 Battements Par Minute » : Un magnifique combat vital filmé par Campillo.

577867.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Cannes a eu le cœur qui bat pour le nouveau film de Robin Campillo. Largement plébiscité lors du dernier Festival de Cannes, auréolé du Grand Prix (et d’une standing-ovation), 120 Battements Par Minute est un magnifique choc sur la lutte militante d’Act-Up lors des dites «années Sida ». Une fresque électrisante où se côtoie une fatalité mortuaire et une force de vie combative vibrante. Lire la suite

La violence est-elle devenue un genre ? La critique d’Atomic Blonde.

atomic-blonde-trailer-700x300

Peut-on faire un film entier autour d’un coup de poing, d’un scène de baston en plan séquence ou même d’une relation sexuelle ? Plus simplement, un film peut-il être juste un film violent, sans être un thriller, un film d’espionnage ou d’aventures ? Cela semble possible. On remarque depuis plusieurs années un nombre conséquent de films et séries qui se vendent avec succès grâce à la violence de leurs scènes et même de leurs propos. On pourrait donner l’origine de cette nouvelle mode à 300 de Zack Snyder sorti en 2007. Et ses dernières années ont vu émerger de nouveaux films, par exemple John Wick et aujourd’hui, Atomic Blonde du même réalisateur, David Leitch. Des films qui « marchent », se font vendre grâce à leurs scènes violentes. Lire la suite

Le Problème Pixar : La critique de Cars 3

maxresdefault (2)

Voilà maintenant 7 ans que Pixar chute doucement. Le très mauvais Cars 2 était le premier échec critique d’un studio accumulant (osons le dire) les chef d’oeuvres, de Toy Story à Toy Story 3 en passant par Les Indestructibles, Wall-E ou encore Ratatouille. Depuis 2011, les studios de John Lasseter ne sont plus en grande forme, et ne proposent plus rien de très gratifiant, exception faite au magnifique Vice Versa. Comment justifier cette pente descendante, maintenant que Cars 3 est sorti ? Lire la suite

[Critique] « La Tour Sombre » – Nikolaj Ancel

Dark-Tower-Movie-Gallery-09.jpg

« La Tour Sombre est le Jupiter du système solaire de mon univers » c’est ainsi que Stephen King définit son œuvre littéraire majeure. Mais Jupiter est une immense planète, comment en faire le tour. Cette question, les producteurs se l’ont posés depuis 2007, depuis que les droits de La Tour Sombre ont été racheté. 10 ans d’attente… pour ça. Lire la suite

« Valerian » : La nouvelle réalisation de Besson qui ne « valait rien ».

460574.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

C’était difficile. C’est toujours difficile de voir un film réalisé par Luc Besson, véritable Ed Wood français de notre génération. A chacune de ses réalisations, nous sommes partagés entre l’ambition du metteur-en-scène à proposer un cinéma à grand spectacle et son incapacité à mettre cette dite ambition à la hauteur de nos espérances. Valerian (et Laureline, oubliée dans le titre français sans savoir pourquoi) et la cité des Mille Planètes était censé rénover le cinéma français à grand spectacle, il en a fait qu’enfoncer le clou de son cercueil… Lire la suite

« Dunkerque » : Course contre la montre infernale de Hans Zimmer.

XVM159a98be-c2a8-11e6-a909-05ab8ac13ad0.jpg

Le film-événement de l’été 2017 est sorti sur nos écrans. La nouvelle super-production auteuriste de Christopher Nolan, produit par la Warner, prend place dans les Hauts-de-France pour raconter une page majeure de la Seconde Guerre Mondiale : La mission Dynamo où lorsque air, terre et mer se coïncident afin de sauver des milliers de soldats britanniques. Et le moins que l’on puisse dire est que cela faisait bien longtemps que l’on avait pas vu une approche aussi intense de la Guerre au cinéma. Lire la suite