[Critique] – In the Fade – Fatih Akin

3380176.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Conspué au dernier Festival de Cannes, bien que le Jury ait décidé de récompenser Diane Kruger, In The Fade sort cette semaine sur nos écrans. Et si le film laisse à désirer sur son traitement, difficile de ne pas reconnaître la force de Diane Kruger. Lire la suite

Publicités

La Lune de Jupiter : Poésie et complaisance.

190444-aryansternsubway.jpg

Après avoir été victime d’une bavure policière en tentant de s’introduire dans un nouveau territoire, un jeune migrant syrien se retrouve confronté à ses propres pouvoirs miraculeux, accompagné d’un médecin opportuniste. Synopsis aussi alléchant que casse-gueule du réalisateur de l’extraordinaire White God (sorti en 2014) pour un film où le virtuose côtoie sournoisement la complaisance.

Lire la suite

« Good Time » : Une soirée de chien racontée par les frères Safdie.

560303.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Présenté en Compétition Officielle au dernier Festival de Cannes, on peut comprendre pourquoi le nouveau film des frangins les plus prometteurs du cinéma indépendant américain, Joshua et Ben Safdie, a plu aux festivaliers ainsi qu’à Thierry Frémaux. Plus conventionnel dans sa narration mais moins lorsqu’il s’agit de montrer New-York, Good Time est un film renversant où l’esprit d’After Hours est ramené à l’époque de Robert Pattinson. Lire la suite

« Mise à mort du cerf sacré » : Un conte tragi-comique signé Lanthimos.

507259.jpg

Yorgos Lanthimos fait définitivement parti de ces réalisateurs dont on adore regarder ses créations mais dont on se pose sérieusement des questions quant à sa santé mentale. Pour ce quatrième long-métrage, le cinéaste grec nous propose une nouvelle fable absurde dans une tournure plus dérangeante qu’à l’accoutumée. Cette Mise à mort du cerf sacré a des airs de tragédie noire avec une distance au second degrès dont on a du mal à comprendre le bashing au dernier Festival de Cannes. Lire la suite

« Les Proies » : Lost in Secession.

the-beguiled-movie-image-sofia-coppola-7.png

On l’avait quitté quatre ans après les cambriolages nocturnes d’adolescents en quête de célébrité, Sofia Coppola revient plus féroce que jamais en sortant de sa zone de confort : Ici, elle s’attaque à un remake d’un film de Don Siegel en y apportant la personnalité si douce-amère de son cinéma et un conflit des genres aussi savoureux qu’une part de tarte aux pommes. Comme un mélange entre la reconstitution historique de Marie-Antoinette et les désirs de Virgin Suicides. Lire la suite

« Le Jour d’Après » : Un film-catastrophe sentimental.

465334.jpg

Non, cet article ne sera pas consacré au film de Roland Emerich du même nom. Mais si ! Celui où Denis Quaid et Jake Gyllenhall qui affrontent l’ère glacière… Il s’attardera plutôt au projet plus intimiste du réalisateur Hong Sangsoo, projeté à Cannes en Compétition Officielle, où le spectateur sera à rude épreuve dans ce tourbillon d’émotions. Lire la suite