« The Birth of a nation » : « Intolérance » cinématographique.

215426.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Impossible pour une oeuvre de fiction de reconstituer un passé historique dans son intégralité. Un auteur, un point de vue, un « cut », un genre, une échelle de plan, fera toujours en sorte à ce qu’on nous fasse prendre conscience que nous nous retrouvons devant une réalité parallèle. À nous de voir laquelle peut nous convenir le mieux, tout simplement. Pour un film comme « The Birth of a nation« , difficile de ne pas être gêné devant la vision lourde et prosélytique de l’esclavagisme par Nate Parker.

Lire la suite

« Le Teckel » : Le retour du ton « mordant » de Todd Solondz.

581700-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Il n’avait pas torpillé les salles obscures de sa cruelle misanthropie depuis quatre ans, le réalisateur indépendant Todd Solondz revient nous hanter avec son nouveau film : « Le Teckel« , où comment un chien-saucisse va accompagner différents personnages névrosés à plusieurs étapes entre la vie et la mort. Si la noirceur habituelle au cinéaste est encore de rigueur, Solondz signe ici son film aussi bien le plus doux que le plus accessible au grand public.

Lire la suite

« Captain Fantastic » : Fantastic Mr Mortensen.

cannes-2016-captain-fantastic-de-matt-ross-fable-ecolo-familiale-aux-trop-bons-sentimentsm336388

Nous l’avons enfin ! La nouvelle balade « Sundance » sort sur nos écrans ! Près d’un an après la sortie de »This not a love story« , voilà que débarque « Captain Fantastic » au cinéma. Et ce qui aurait pu facilement n’être simplement qu’un moment de détente devant un film indépendant US se révélera être une merveille douceur pleine d’émotions. Lire la suite

[Critique] « This is not a love story » : La nouvelle réussite issue de Sundance

1288fe3341f2203c06c9ff64e559bb64

 

Le cinéma dit « Sundancien » est souvent apte à nous offrir un cinéma libre de toute supervision hollywoodienne. Pouvant contenir des films clichés dans sa sélection, comme certains diront qu’un film cannois peut être ennuyeux ou déprimant, il amène la plupart du temps des films novateurs en terme de narration ou de mise-en-scène. Récemment, des longs-métrages comme « Whiplash« , « Dope » ou « Dear White People » ont pu faire commencer leurs carrières grâce à ce festival. Ce fût aussi le cas pour la comédie dramatique « This is not a love story« , véritable succès auprès de la critique, du public et de mon coeur.

Lire la suite