Le Top Brouillons 2017.

L'année 2017.jpg

2017 a été une année stimulante pour le cinéma. Que ce soit dans son industrie ou dans les images qu’il nous a offert, impossible de passer à côté des phénomènes et débats produits tout au long de cette année conclue en fin de semaine. Il est temps pour les Brouillons de vous offrir le Top des Brouillons 2017. Après le Homard cuit à point de Yorgos Lanthimos en 2015 et les étincelantes farces d’un père à sa fille dans Toni Erdmann l’an passé, quel film aura su rassembler les rédacteurs des Brouillons ? Réponse dans quelques lignes… Lire la suite

Publicités

Ceci n’est pas une critique de « Mother! ».

mother-trailer-jennifer-lawrence

La première chose qui nous questionne à l’issue de la projection du nouveau Aronofsky, c’est de savoir comment la Paramount a pu accorder sa confiance à ce projet si dérangeant. Car en plus d’être une véritable prise de risque de la part d’un studio, Mother! est sans aucun doute ce qui s’est fait de plus dérangeant dans le courant du cinéma mainstream américain.

Lire la suite

[EDITO] – Batman a-t-il sa place à la Cinémathèque ? (Spoiler alert : Oui)

thedarkknight7.png

Sur le Twitter Game de la cinéphilie française, entre des altercations pour savoir si Sofia Coppola méritait le Prix de la Mise en Scène à Cannes ou bien quel est le meilleur auteur entre Jean-Luc Godard et François Truffaut, s’est posé une lutte acharnée entre le clan d’une cinéphilie élargie mais trop élitiste à un cinéma de genre et celui de passionnés renfermés dans la pop-culture. La raison de ce débat houleux ? Le même que celui des habitants de Gotham au cours de « The Dark Knight ». Lire la suite

[Cannes 2017] – Jour 5 : On sort les confettis pour Michael Haneke et Yorgos Lanthimos.

Résultat de recherche d'images pour "killing of sacred deer"

Sortez vos confettis et vos chapeaux de fêtards, la Croisette s’ambiance aujourd’hui avec le grand retour de Michael Haneke et son « Happy End » qui semble bien ironique. Deux ans après son magnifique « The Lobster », Yorgos Lanthimos débarque à nouveau au Festival avec un film au script le plus nauséabond selon son acteur principal Colin Farrel. Ambiance fêtarde à la Croisette donc. Lire la suite